Le collectif CSME-SQY

Le Collectif pour La Semaine de la Mémoire de l’Esclavage de Saint Quentin en Yvelines (CSME-SQY)  est une association à but non lucratif créée le 1er mars 2011, mais qui existe en tant que groupement d’associations depuis 2009. Il œuvre dans la lignée de la loi Taubira et du décret de mars 2006 qui fixe au 10 mai de chaque année, la journée de « commémoration de la traite négrière, de l’esclavage des Noirs, et de ses abolitions » en France métropolitaine.

Activités du CSME-SQY ?

L’ambition initiale est de rassembler les associations de Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi que des humanistes sensibles au devoir de mémoire de la traite et de l’esclavage afin de proposer un événement commémoratif visible à l’échelle de l’agglomération et ayant un réel impact.

 Aujourd’hui les actions du CSME-SQY comprennent :

  • Organisation de la semaine de la mémoire de l’esclavage à Saint-Quentin-en-Yvelines ;
  • Réalisation des expositions en lien avec l’histoire ;
  • Mise en place d’un panthéon des héros ;
  • Diffusion de l’histoire et des cultures AFRO.
Semaine de la mémoire

Evénement organisé chaque année dans l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines  du 4 au 10 mai, dans le cadre de la commémoration en France métropolitaine de la mémoire de la traite négrière,  de l’esclavage des Noirs, et de leurs abolitions. Il comprend des rencontres avec des élèves,  des conférences, des expositions, des   spectacles, des projections de films ou documentaires, et des tournois sportifs. Les manifestations sont réparties dans le territoire de l’agglomération. En savoir plus …

Panthéon

Le « Panthéon de nos héros » présente les héros de  tous les combats  pour la liberté, la dignité et les droits  des Noirs.  CSME-SQY invite chacun à découvrir ces  héros, de  se les approprier et de les célébrer car ils ont combattu et souvent sacrifié leur vie pour défendre des idéaux qui nous concernent tous. En savoir plus …

Club RECREA

Club de  recherche,  d’échange, et de création des  expositions  pour faciliter l’accès à  l’histoire de la traite et de l’esclavage en particulier, et plus largement à l’histoire et aux cultures de l’Afrique et des afro-descendants. En savoir plus …

Club afronautes

Explorer de façon ludique les planètes du monde des cultures afro à travers des ateliers de découverte. En savoir plus …

Associations membres

Cultures et Traditions d’Outre-Mer (CTOM)

L’association CTOM  créée le 5 avril 2004 est régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901. Le siège social de l’association est localisé au 3 Rue de Quiberon, 78180, Montigny-le-Bretonneux.
L’association CTOM est l’une des trois associations  qui ont été à l’initiative de la commémoration de la mémoire de l’esclavage dans l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines.
CTOM est membre du collectif CSME-SQY depuis sa création et est un des piliers qui soutient ses activités. Plus d’infos sur CTOM

Chorale les Alizés

Implantée sur la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines depuis 1995, la chorale les Alizés est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901. Elle s’attache à promouvoir la culture antillaise via un répertoire de chants traditionnels antillais interprétés en polyphonie.
La chorale les Alizés est membre du collectif CSME-SQY depuis sa création et est un des piliers qui soutient ses activités. Plus d’info sur la chorale les Alizés

Racines KA

L’association Racines KA a été créée en 2001 et a son siège à Trappes. Elle promeut la danse et la musique traditionnelle de la Guadeloupe. L’association fait découvrir aux habitants de Trappes ce pan de la culture antillaise  à travers ses cours de danses et de tambour, mais également lors de participations à  diverses manifestations (soirée lewoz, manifestations de la ville) et de prestations (mariage, stages de danse, animation de soirées antillaises).
L’association Racines KA a participé aux premières éditions de la semaine de la mémoire ; elle est devenue membre du CSME-SQY en 2013 ; elle est aujourd’hui un des piliers du collectif.

METIS

Crée en 2001,  METIS’ est une association communautaire et culturelle regroupant des jeunes d’Afrique, des Iles Caraïbes et Mascareignes ainsi que tout autre personne portant un intérêt à ces ethnies pour qu’ensemble ils fassent connaitre leurs origines et leurs cultures par le biais des danses d’Afrique et des îles. Son siège est à Guyancourt.
METIS’ a contribué à plusieurs  éditions de la semaine de la mémoire de l’esclavage notamment celles de 2009 et 2010, puis celles de 2015 et 2016.

ARISQY
EOSY

Genèse du CSME-SQY

A l’occasion des 10 mai 2007 et 2008, les associations Culture et Traditions d’Outre Mer (CTOM) de Montigny-le-Bretonneux, le Cercle des Ressortissants d’Afrique Noire et leurs Amis (CRANA) et « MOUN KARAÏB »  de Trappes, ont organisé les premières manifestations de commémoration de la mémoire de l’esclavage dans ces deux villes.

En 2009, fortes de leurs expériences et du succès remporté par les manifestations de 2007 et 2008, les associations CTOM, CRANA et « MOUN KARAÏB » ont décidé d’organiser une commémoration, non plus sur une seule journée mais sur une semaine : du 4 au 10 mai 2009. Plusieurs associations de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, notamment le Centre d’Ethnologie Linguistique, la Chorale les Alizés à Montigny-le-Bretonneux et METIS’ de Guyancourt les ont rejoint pour organiser ensemble la première édition de la semaine de la mémoire de l’esclavage de Saint Quentin en Yvelines.

La durée de l’événement sur une semaine et son organisation dans plusieurs villes de l’agglomération ont permis de proposer des manifestations avec des contenus très variés et de toucher ainsi un large public. Cette formule a connu un franc succès et fait naître beaucoup d’attentes.

Pour y répondre, les associations CTOM, CRANA et MOUN KARAÏB ont décidé de créer en septembre 2009 un collectif : le Collectif pour la Semaine de la Mémoire de l’Esclavage de Saint Quentin en Yvelines (CSME-SQY). En 2011, afin de pérenniser l’événement et faciliter les partenariats avec les institutions de l’agglomération, les membres fondateurs ont souhaité donner au collectif une structure juridique sous la forme d’une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.